BP 8553 Ngoa-Ekélé Yaoundé Cameroun
(237)699 488 670

Projet

La Fondation Pellé sollicite votre soutien financier en vue de la réalisation du projet présenté ci-dessous. Vous pouvez trouver des informations détaillées sur cette Fondation sur le site suivant: http://www.pellefoundation.org

Titre du projet

Briser le cercle de pauvreté au Cameroun par le biais de la réduction du nombre de garçons et de filles de familles démunies obligés d’arrêter les études prématurément.

But et objectifs spécifiques

Le but ultime de la Fondation Pellé est de briser la chaîne de la pauvreté dans les familles démunies au Cameroun en assurant la promotion de l’enseignement durable. Ce but peut être atteint par la réalisation des objectifs spécifiques suivants:

  1. Assistance financière;
  2. Assistance en vue de l’identification de filières universitaires de troisième cycle et d possibilités d’emploi;
  3. Assistance en vue du renforcement des capacités éducatives.

Contexte et raison d’être

Le récent rapport du PNUD sur le développement humain dans 173 pays a révélé que la région de l’Afrique subsaharienne a le plus faible indice du développement humain. Sur les 40 pays au plus faible indice du développement humain dans le monde, 33, parmi lesquels le Cameroun, font partie du continent africain. Selon le rapport du PNUD, ces pays africains ont le plus faible indice en matière de ressources humaines et de revenus. À cause de la crise économique, les taux de réussite scolaire ont baissé au Cameroun, et nombre d’élèves ou étudiants abandonnent leurs études prématurément à cause de la modicité des revenus de leurs familles. En 2002, le World Business Almanach a révélé que le taux d’inscription à l’école primaire qui approchait 99% au Cameroun au début des années 80 est tombé à 62% seulement à la fin des années 90. Le phénomène a empiré avec la pandémie du VIH/SIDA conjuguée à des infections opportunistes, y compris nombre d’infections parasitaires chez les êtres humains qui sont revenues à leur taux de prévalence des années 50.

Quelques 40.000 personnes meurent de malnutrition et de faim chaque jour. Chaque année, près de 12 millions d’enfants meurent avant l’âge de cinq ans de maladies qui auraient pu être évitées. Une grande partie de ces souffrances humaines sont dues au fait que les personnes concernées ne connaissent pas ou, quelquefois, n’utilisent pas rationnellement les mesures de prévention et de lutte existantes. Dans chaque grande ville d’Afrique subsaharienne, les pauvres constituent l’immense majorité des habitants. Ils vivent souvent dans des bidonvilles où ils n’ont pas accès aux services et au confort essentiels. Il n’est pas rare que les enfants, les parents et les grands parents vivent ensemble dans une « seule chambre ». Ces enfants ne peuvent pas fréquenter de bons établissements scolaires et suivre un enseignement de qualité. Quand ils « survivent », ils continuent à mener avec leurs propres enfants la vie qu’ils avaient menée avec leurs parents. Pour ces personnes, la pauvreté est devenue un facteur génétique qui se perpétue de génération en génération.

La Fondation Pellé est persuadée que cette chaîne de pauvreté peut être brisée grâce à une éducation durable. Les enfants de familles pauvres instruits ont de bonnes chances de trouver un bon emploi et de mener ainsi une vie décente avec leurs propres enfants. Même si certains parmi eux n’assistaient pas leurs parents démunis, ils pourront au moins eux-mêmes sortir du cercle de la pauvreté.

Bénéficiaires

  1. L’assistance financière est tout particulièrement destinée aux filles et aux garçons de familles démunies, avec une préférence pour ceux qui ont perdu un ou leurs deux parents.
  2. Les autres bénéficiaires sont des étudiants que la Fondation aide à trouver des filières universitaires de troisième cycle et des possibilités d’emploi.
  3. Les établissements de formation reçoivent une assistance dans le domaine du renforcement des capacités éducatives.

Méthodologie

  1. Les bénéficiaires de l’aide financière sont sélectionnés par une équipe Caritas présente au Cameroun. L’aide est fournie une fois par an et pendant quatre ans, jusqu’à l’obtention du diplôme de fins d’études. Les performances académiques sont un critère important pour le renouvellement de l’aide. Pour qu’un grand nombre d’étudiants puissent bénéficier de l’aide, celle-ci n’est plus accordée après deux échecs scolaires.
  2. Grâce aux contacts, réseaux et bases de données accessibles, et également aux liens tissés avec des ONG spécialisées, la Fondation aide les étudiants diplômés à trouver des filières universitaires permettant l’obtention du Ph.D. et autres diplômes de troisième cycle, ainsi que des possibilités d’emploi.
  3. La Fondation sollicite également l’aide extérieure et essaie de récupérer le matériel didactique excédentaire non utilisé dans les universités des pays développés afin d’améliorer les infrastructures éducatives camerounaises.

Durée et points de repère

  1. Aide financière:

    • Première phase: chaque année jusqu’en 2004, au moins 10 étudiants bénéficiaires dans les universités de Yaoundé.
    • Deuxième phase: à partir de 2005, l’aide s’étendra aux autres universités.
    • Troisième phase: à partir de 2008, l’aide s’étendra aux établissements secondaires du Cameroun et sera distribuée à une moyenne de 50 élèves par an.
  2. Études universitaires de troisième cycle et possibilités d’emploi: Simultanément, l’efficacité du réseau d’informations destiné à informer les étudiants sur les filières de troisième cycle et les possibilités d’emploi sera continuellement améliorée pendant toute la durée du projet.
  3. Renforcement des capacités et infrastructures éducatives: Cette activité sera menée pendant toute la durée du projet.

Résultats et impacts attendus

  • Réduction du nombre d’élèves et étudiants qui arrêtent prématurément les études à cause de la pauvreté.
  • Augmentation des taux de réussite scolaire
  • Promotion du réseautage et de l’utilisation de nouvelles connaissances.
  • Enseignement durable et renforcement des capacités des pauvres.
  • Réduction de la pauvreté dans le pays.

Budgets récents et informations sur la faisabilité du projet d’octroi d’aides

Le budget était de 100 $ au cours de l’exercice 2000-2001 et est passé à 500 $ au cours de l’exercice 2001-2002. Deux étudiants ont reçu l’aide en 2000-2001, tandis que sept ont pu en bénéficier en 2001-2002. En 2002-2003, la Fondation a recueilli des fonds d’un montant de 2250 $ et a accordé de l’aide à 18 jeunes, dont deux fréquentaient des lycées. Il était prévu que 12 étudiants reçoivent de l’aide en 2002-2003. Pour ce qui est du renforcement des capacités, deux pipettes Gilson de 423 $ ont été remises à l’Université des montagnes. En ce qui concerne le réseautage, la Fondation a pu trouver un cycle de formation en vue de l’obtention du Ph.D. et 3 étudiants camerounais ont bénéficié de bourses complètes dans des Universités et institutions internationales au Kenya et en Belgique. Le tableau récapitulatif ci-dessous résume le bilan des activités de la Fondation.

Année Académique Nombre de bénéficiaires Réseautage et opportunités de 3eme cycle Renforcement des Capacités

2000 – 2001

2

   

2001 – 2002

7

1 scholarship for PhD at the University of Nairobi  

2002 – 2003

18

1 scholarship for PhD at ICIPE, Nairobi 2 Gilson pipetmans to UdM

2003 – 2004

13

   

2004 – 2005

22

1 scholarship for PhD at the University of Namur, Belgium  

2005 – 2006

32

   

2006 – 2007

Coming soon    

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter notre site Web à l’adresse suivante: http://www.pellefoundation.org

Budget souhaité sur une période de trois ans

La Fondation recherche des financements pour aider 50 étudiants par an. Nous souhaitons recueillir suffisamment de fonds pour porter notre aide à 500 $ par étudiant et par an pendant une période de trois à quatre ans.

Le montant du financement souhaité sur une période de trois ans est de $75000.